5 choses à savoir sur les chaussettes en fil d’Ecosse

Il y a des noms qui infusent l’imaginaire collectif. Des appellations communément partagées, dont on connaît plus ou moins l’origine, mais qu’on utilise pourtant tous les jours. Qui n’a jamais entendu parler de la Tour de Babel, du pont d’Avignon et…du fil d’Ecosse ?

Le cas des chaussettes en fil d'Écosse

Cette matière au nom extrêmement connu est très souvent associée, à raison, à une très bonne qualité. Et pourtant, le marché est malheureusement inondé de chaussettes de fil d’Ecosse de mauvaise facture. Et comme chez Pétrone, on aime la qualité, nous avions à coeur de vous partager nos observations sur ce que doit être une bonne paire de chaussettes en fil d’Ecosse pour homme.

Voici donc 5 faits à savoir pour mieux connaître le fil d’Ecosse. L’occasion pour nous de vous raconter aussi comment nous l’utilisons dans nos chaussettes.

1 - Tout commence avec le coton

Le fil d’Ecosse n’est pas de la laine, ni du cachemire : il s’agit bien de coton. En revanche, il ne s’agit pas de n’importe quel type de coton. 

Le fil d’Ecosse est tissé à partir d’un coton de qualité supérieure, où on ne conserve que les fibres les plus longues (3,5 centimètres), et donc les plus résistantes du coton. Ça, c’est en théorie, car dans les faits on s’aperçoit que de nombreux fabricants ne sont pas aussi regardants sur la longueur des fibres utilisées.

C’est ensuite au filateur de transformer le coton en fibres textiles, qui sont tressées pour en faire un fil. Le Portugal et l’Italie se hissent aujourd’hui parmi les meilleurs filateurs, avec un savoir-faire exceptionnel – là où ce métier a progressivement disparu en France. Nous travaillons avec Filmar, un filateur italien qui produit un coton d’excellente qualité, 100% égyptien, avec sa gamme Filoscozia. Le filateur fait ensuite la passe à nos ateliers au Portugal, qui déploient tous leur savoir-faire en matière de tricotage de chaussettes.

chaussettes homme fil d'ecosse côtelées noir

Simples, efficaces. Des chaussettes de ville qui font le boulot sans ostentation.

2 - Le fil d'Écosse n'a rien d'écossais

Parlons géographie. Malgré son nom, le fil d’Ecosse n’est pas à ranger au patrimoine écossais à côté de la cornemuse et du whisky.

En effet, le fil d’Ecosse est le plus souvent fabriqué à partir de coton égyptien, où la météo est propice à la culture de fibres de qualité. Il est ensuite filé par des filateurs, dans notre cas portugais ou italiens. 

Surtout que vu la météo locale, il est probable que les chaussettes écossaises soient plutôt en bonne grosse laine.

Alors pourquoi l’Ecosse ? On a envie de vous dire : pourquoi pas ? 

Si un geek du textile passe par ici, nous serions ravis d’avoir la réponse en commentaire de cet article ! 

3 - Le Fil d’Ecosse est le fruit d’une transformation de l’homme

On ne naît pas fil d’Ecosse : on le devient. Tel un Pokémon, le fil d’Ecosse est soumis à une évolution qui lui permet d’atteindre son état final. Cette transformation porte le nom de mercerisation. Ce procédé est l’oeuvre de John Mercer, un fils de tisserand un peu Géo Trouvetout de la chimie. Dans les années 1840, à force d’expérimentations avec de la soude caustique, il découvre que l’influence de la soude rendait le tissu plus brillant, plus solide et plus souple.

c'est pas sorcier

Et paf ça fait du fil d’Ecosse.

On ne rentrera pas dans le détail du processus chimique de la mercerisation, mais retenons que sous l’influence de la soude caustique sur des fibres tendues, la structure de la fibre de cellulose se modifie, permettant au fil de devenir bien régulier et uniforme. Sans aspérité, le tissu est ainsi plus solide, élastique et capte mieux la teinture qu’un coton classique, permettant à la couleur des chaussettes de rester éclatante lavage après lavage.

Au fil des années, la double mercerisation (sur la fibre, puis sur le produit fini) s’est positionnée comme une technique textile plus onéreuse, et donc réservée aux productions de chaussettes plus haut de gamme. 

4 - Le Fil d’Ecosse, c’est la Rolls du coton

Avec toutes ces étapes d’approvisionnement et de transformation à la fois du fil et du produit fini, le coton mercerisé ou perlé fait sa mue et exprime pleinement tous ses avantages. 

Une chaussette qui ne vous fera pas mourir de chaud

Fil précieux parmi les précieux, les chaussettes en fil d’Ecosse sont ensuite tissées extrêmement finement, dans notre cas sur des machines à 200 aiguilles. Pour vous aider à vous repérer : plus une machine est dotée d’aiguilles, plus la chaussette sera tricotée finement. 

Les chaussettes en fil d’Ecosse sont fines, ce qui permet de bien laisser circuler l’air. Elles sont donc parfaites à porter en été pour bénéficier de leur pouvoir respirant.

À l’inverse, évitez les grosses chaussettes de tennis en coton peigné, qui vont vous faire transpirer. De même, évitez de ne rien porter du tout, car l’absence de tissu va faire stagner la transpiration dans la chaussure, contribuant au développement de bactéries et de mauvaises odeurs.

tarantino pieds

On avait dit qu’il fallait quand même porter des chaussettes.

Une toile bien solide

Grâce à la mercerisation, les chaussettes en fil d’Ecosse sont donc conçues pour être plus résistantes. Elles offrent une toile solide, moins propice à se trouer (si tant est qu’on s’en occupe avec soin).

Chez Pétrone, toutes nos chaussettes pour homme en fil d’Écosse sont renforcées au talon et à la pointe avec du polyamide pour rendre le tissu plus résistant aux endroits les plus soumis aux frottements de la chaussure. Avec ça, c’est du solide : de notre côté, aucun trou à déplorer au bout de quelques mois.  

Mais une réputation de qualité qui n’est pas tombée dans l’oreille d’un sourd 

Forcément, comme toutes les appellations de qualité, certains se sont mis à utiliser à tort et à travers l’appellation « Fil d’Ecosse ». Un prétexte pour mieux vendre leurs chaussettes, profitant de l’image collective qui associe fil d’Ecosse à qualité, chaussettes soyeuses et élégance à la Gatsby. La très vaste majorité des chaussettes en fil d’Ecosse sur le marché sont aujourd’hui chinoises, utilisant souvent des fils d’une faible qualité. Prudence donc, car l’expression “Fil d’Ecosse” n’est pas systématiquement synonyme de qualité pour le fil utilisé. Loin de là.

Un conseil : regardez de près le tissage de la chaussette, et assurez-vous du sérieux de votre fournisseur de chaussettes. 

5 - La paire de chaussettes pour parader en ville

Le Fil d’Ecosse est le must des matières pour produire les chaussettes qui appartiennent à la catégorie des chaussettes les plus chic, qu’on a l’habitude d’appeler « Chaussettes de ville ».

Il s’agit des chaussettes portées avec ses chaussures les plus élégantes, souvent de fines chaussures en cuir. Autrefois destinées aux élites fortunées, les chaussettes en fil d’Ecosse se sont popularisées pour maintenant devenir plus abordables.

Vous êtes maintenant parfaitement au point sur le fil d’Ecosse ? Bien. 

Et les chaussettes en fil d’Ecosse sauce Pétrone, ça donne quoi ?

Les chaussettes de ville sont un de nos incontournables depuis le tout début.

Des chaussettes fines, résistantes, sobres et élégantes : un must pour les jours de bureau ou pour une tenue habillée. Vous pouvez les porter avec un costume, ou un pantalon de laine, pour un style élégant. Côté chaussures, elles iront à merveille avec vos derbies, richelieu one cut, brogues, ou Doc Martens basses. Bref, c’est vous qui décidez.

Ce qui caractérise toutes nos chaussettes pour hommes :

  • Fabriquées au Portugal, dans la région entre Braga et Guimarães, par des ateliers spécialistes de la confection des chaussettes.
  • Renforcées au talon et à la pointe pour une plus grande résistance : plus de trous au programme !
  • Remaillées à la main : on supprime le fil souvent gênant au niveau des orteils au profit d’une couture ultra-plate, pour un meilleur confort. Résultat : des chaussettes agréables à porter, même après de longues heures.
  • Disponibles en 39/42 ou 43/46, dans plusieurs coloris sobres, élégants et faciles à assortir : bleu marine, vert kaki, bordeaux…
  • Entre 10 et 14 € la paire, et pour tous les éléments cités juste au-dessus, vous aurez compris qu’une telle qualité, à ce prix-là, ça ne court pas les rues. À vous de tester !

On en parle dans cet article :

14€
12€
12€

Cet article a 4 commentaires

  1. Ducom Thomas

    Très bon article, j apprécie ce genre d information qui nous renseignent sur les produits qu’on achète ! Continuer comme ça 😉
    J ai déjà fait l expérience du fil d écosse qui se troue au bout de quelques ports.. Pour l instant rien à dire sur vos chaussettes j en suis très satisfait, bientôt des mis bas ?
    Ps mon Pokémon préféré est leviator ( la version shiny évidemment)
    Ps2 le Ps précédent est complètement inutile ^^

    1. Pétrone

      Merci pour votre commentaire Thomas !
      Effectivement nos chaussettes sont conçues pour être bien résistantes, grâce à l’ajout de polyamide au talon et à la pointe, qui sont souvent les endroits les plus critiques. En tout cas, depuis nos premiers prototypes à l’été 2018, aucun trou à déplorer de notre côté non plus.
      Nos nouvelles chaussettes en fil d’Ecosse, qui arriveront très bientôt, monteront plus haut sur le mollet, sans être encore tout à fait des mi-bas. Mais clairement produire nos propres mi-bas, dans une très belle qualité à prix accessible, fait partie de nos projets.
      Pour ce qui est des Pokémon, team Pokémon bleu forever. Vive les Pokémon d’eau donc ✌️

  2. Guillaume

    Bonjour et merci pour cet article d’une très grande clarté. Une question demeure nonobstant, qui est sans doute incongrue. Il existe des chaussettes dans une variété de coton (Sea Island, fil d’Ecosse notamment), en lin, dans une variété de laine (alpaga, vigogne parfois), en soie. Autant de matières (transformées ou non) que l’on peut retrouver dans l’habillement de façon générale… sauf, à ma connaissance, le fameux fil d’Ecosse. Je n’ai jamais entendu parler d’une utilisation du fil d’Ecosse en dehors du monde de la chaussette. Qu’est-ce qui empêcherait de donner ce traitement à une chemise en coton par exemple ?

    Merci
    Guillaume

    1. Pétrone

      Bonjour Guillaume,

      Merci pour votre commentaire.
      J’ai déjà vu des t-shirts et des boxers en fil d’écosse mais, en effet, pas de chemises.
      Le fil d’écosse est intéressant principalement pour les chaussettes car il permet de les produire très fines, tout en étant résistantes aux frottements. Ce qui n’est pas forcément utile pour d’autres pièces.
      Le touché du fil d’écosse est sec, je ne suis pas sûr que ce soit particulièrement agréable à même le corps sur d’autres parties que les pieds. Cela explique peut être pourquoi on trouve peu d’autres pièces que les chaussettes en fil d’écosse.

      Bien à vous.
      Nicolas

Laisser un commentaire

Recevez de nos nouvelles