La grande histoire du Marcel, ou débardeur pour hommes

S’il y a bien un vêtement pour hommes qui suscite la controverse, c’est le débardeur en coton, ou marcel pour les intimes. 

A peine aperçu sous une chemise que bien souvent déferle un flot de moqueries sur ce pauvre vêtement qui n’a rien demandé à personne. Souvent perçu comme ringard, on l’imagine sous une chemise ouverte, avec poils apparents et chaîne en or qui brille.

Le marcel, du vêtement de dessous...à dessus

Le débardeur a une histoire riche et longue derrière lui. Loin de tomber aux oubliettes, il a même acquis au fil des années un statut de vêtement culte. Nicolas, la moitié masculine de Pétrone, est lui-même un amateur de débardeurs sous ses chemises et pulls : il n’en fallait pas plus pour nous donner envie de partir à l’assaut de ce maillot de corps. Avant de vous en dire plus sur notre modèle, retour sur l’histoire du débardeur avec 4 choses à savoir pour être incollable à son sujet.

débardeur gris clair hommes coton pima micromodal

1/ Le débardeur masculin est à l’origine un sous-vêtement

La composition du débardeur est simple. C’est un tricot de peau sans manche, blanc et côtelé. Cette structure lui donne une grande élasticité et le rend idéal à porter à même la peau. 

Près du corps, capable de bien absorber la transpiration, il est à l’origine prisé pour ses qualités hygiéniques, ce qui lui donne le statut de “maillot de corps”, à porter sous ses vêtements.

En le glissant sous un vêtement, un tricot de peau est idéal pour protéger du froid en conservant la chaleur corporelle en hiver, et absorber l’humidité en cas de coup de chaud, comme son cousin le T-shirt. 

Traditionnellement le débardeur est 100% en coton, même si avec l’évolution des techniques textiles, on peut désormais en voir en toile mélangée intégrant du modal ou de la laine. C’est d’ailleurs le cas de notre débardeur, qui mélangera coton pima et micromodal, fidèle à notre toile réalisée sur-mesure par notre atelier portugais.

débardeur bleu ciel hommes

2/ Le marcel est un vêtement d’abord plébiscité par les ouvriers 

Avec son absence de manches, le débardeur, surnommé “marcel” en France (du nom de l’usine Marcel, qui démarra sa production dès la fin du XIXè siècle) s’avère particulièrement pratique pour le travail physique. 

Il quitte alors son statut de sous-vêtement pour devenir un vêtement à part entière vite adopté par les ouvriers, notamment sur le port de Marseille. Le mot « débardeur » vient d’ailleurs du verbe « débarder », qui consiste à décharger des marchandises à quai.

Naît alors l’image très cliché de l’ouvrier viril en débardeur, muscles saillants. C’est l’image d’Epinal du marcel, immortalisé par Marlon Brandon dans son rôle de Stanley Kowalski dans le film « Un tramway nommé désir » en 1951.

Le débardeur prend alors en anglais le surnom de “wife beater”, associant le vêtement à l’image du mec à la virilité et à la violence débordantes.

3/ Une pièce de vêtement devenue mixte

Mais le débardeur n’est pas resté que masculin et s’est mû en un vêtement androgyne avec le temps. Le maillot de corps pour hommes est même devenu…un vêtement clé dans le combat féministe. Vêtement de l’intime, collant au plus près des formes du corps, le débardeur se charge en connotations sexuelles qui brouillent les limites entre ce qui est vu et ce qui est caché, entre masculin et féminin.

Le débardeur devient un vêtement phare des femmes des années folles, vers 1920/30, qui se mettent à le porter « à la garçonne », sans soutien-gorge et avec un pantalon moulant. Avec la “débardeuse” se construit l’image de la femme forte et indépendante, libérée des carcans des vêtements féminins contraignants.

débardeur bleu marine pour homme Pétrone

4/ Le marcel est devenu un véritable objet de la pop culture

Le débardeur est également devenu une star du cinéma et de la musique.

On le retrouve par exemple sur les épaules de Freddy Mercury dans le concert de Queen au Live Aid, de Bruce Willis alias John McClane dans Die Hard ou encore de Bruce Lee.

Efficace, sans entrave, le débardeur est un vêtement qui a traversé les âges et les modes. Et tout comme le sous-vêtement masculin est parfois pris à la légère, le débardeur était pour nous la pièce parfaite à remettre au goût du jour, pour proposer une alternative de qualité, un tricot de corps à la fois stylé et fonctionnel.

Et le débardeur Pétrone dans tout ça ? 

Héritier de cette longue histoire, voici donc notre premier débardeur.

Nous avons rédigé un article de présentation pour que vous puissiez apprendre à vous connaître, mais pour ceux qui veulent la version courte, on vous le résume en deux points essentiels : 

1/ Nous avons voulu vous proposer un marcel bien coupé et pratique. Sa coupe est ajustée, proche du corps avec la touche d’élasthanne qui lui donnera un aspect fit, mais il n’en est pas pour autant slim. Nous voulons rendre honneur à sa fonction originelle de sous-vêtement en faisant de ce débardeur un bon maillot de corps, idéal à porter sous une chemise ou un pull. 

2/ On utilise pour ce débardeur la même toile que pour nos T-shirts et nos sous-vêtements, notre mélange maison de coton pima, micromodal et élasthanne. Une toile ultra-douce au toucher, souple et élastique, avec de bonnes propriétés respirantes. Le micromodal a l’avantage d’être anti-bactérien, et ne retient pas les odeurs ni le calcaire.

Idéal pour un vêtement qu’on porte à même la peau, et qui doit pouvoir vous accompagner dans tous vos mouvements.

Notre marcel est disponible du XS au XXL, toujours à prix dégressif, avec notre meilleur prix dès 4 maillots de corps achetés.

On en parle dans cet article :

25€

La publication a un commentaire

  1. Mamat

    Merci de cet article qui remet les pendules à l’heure ; en ce qui me concerne, vous venez de dissiper de nombreux mystères dans cette jungle qu’étaient les maillots de corps, tricots de peau, marcels et débardeurs…

Laisser un commentaire

Recevez de nos nouvelles