A la (re)découverte des mi-bas pour hommes

Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Accessoires empreints d’histoire et d’élégance, les mi-bas sont un must pour les hommes qui aiment les belles sapes. A ne pas confondre avec le mi-bas féminin en nylon, le mi-bas pour homme est un morceau de style, avec de véritables adeptes qui ne porteraient autre chose pour rien au monde. 

Forcément, on ne pouvait pas passer à côté, et on est très content de vous annoncer la sortie de nos tout premiers mi-bas pour hommes en fil d’Ecosse, disponibles en préventes à partir de jeudi 8 octobre.

Au programme de ce nouvel article : une présentation en bonne et due forme de nos nouvelles chaussettes montantes donc, mais aussi un petit topo historique sur cette chaussette chargée d’histoire(s).

mi-bas homme Pétrone

La longue histoire du mi-bas pour hommes

Si les premières origines de la chaussette remontent à fort longtemps (2000 avant JC), c’est au XIè siècle que les bas, recouvrant les jambes et les pieds, deviennent des vêtements quotidiens.

Première étape : Moyen-Âge. A cette époque, les hommes portaient des collants qui couvraient intégralement les jambes, du pied à la ceinture. Ces collants, à l’origine bouffants, devinrent de plus en plus serrés avec le temps, dévoilant la forme du corps masculin. 

Les années et les modes faisant, on assiste à une évolution des vêtements masculins. 

Courant XVè siècle, les hommes portent alors des hauts de chausses, des jambières recouvrant le haut du corps s’arrêtant au niveau des genoux, couplés à des collants, dits bas-de-chausses, pour recouvrir la jambe. Les hommes ont recours à des jarretières au niveau du genou pour éviter que les collants ne tombent, en bandes de laine ou de cuir.

Hauts de chausse moyen âge

Le combo hauts de chausses et bas

L’industrialisation du bas

La bonneterie (soit tout l’artisanat autour du sous-vêtement) se révolutionne avec l’apparition du premier métier à tisser mécanique, le « stocking frame », conçu par le révérend William Lee à Calverton, près de Nottingham en Angleterre. 

machine tisser bas

Les premiers bas tricotés apparaissent ainsi en 1589 et le tricot se révèle vite être une meilleure solution que le tissage, donnant une toile plus souple. 

Pourtant, Elisabeth I refuse d’accorder son brevet à Lee, craignant que la trouvaille ne prive de nombreuses personnes de leur métier de tricoteur à la main. Lee quitte donc l’Angleterre pour la France, à Rouen, où il se lance dans la fabrication industrielle de collants.

Le bas pour hommes, un accessoire de luxe

Le collant devient une forme de luxe et les têtes couronnées s’en régalent, comme le roi anglais Charles Ier qui en avait, dit-on, toute une collection. Ce tricot en laine ou en soie est plébiscitée par une élite fortunée, soucieuse de son apparence. Le collant masculin rivalise de panache, avec au hit parade des couleurs le rouge, le rose et le beige. 

Louis XIV portait par exemple des collants écarlates, assortis à sa parure.

Louis XIV mode

Le swag immortalisé par Henri Testelin

Collant et chaussettes se mettent progressivement à cohabiter, avec une première mention de cette dernière dans le Dyche and Pardon’s Dictionary de 1758 la décrivant comme « quelque chose à mettre au bout des pieds pour les garder chauds et secs ». (Jusque là, on est d’accord).

Mais il faudra encore attendre la Révolution Industrielle pour que la chaussette se popularise plus largement. Clou du spectacle, la Grande Exposition de Londres en 1851 fait office de vitrine pour les savoir-faire européens en matière de bonneterie, et notamment de mi-bas.

exposition universelle londres

Une vue du Crystal Palace, conçu par Joseph Paxton, dans Hyde Park, à Londres. Source : “From Dickinsons’ Comprehensive Pictures of the Great Exhibition” – crédit : Hulton Archive

C’est d’ailleurs à cette époque que l’appellation “mi-bas” commence à faire son apparition : il est alors décrit comme “un collant avec un bord-côte en haut”. 

Au fil des siècle, à mesure que le pantalon se répand, le collant masculin perd en popularité et est remplacé par le mi-bas. Les mi-bas sont alors principalement fabriqués en matières synthétiques comme la rayonne.

mi-bas pour hommes Mi-dandy, mi-Dracula

Les mi-bas masculin : “le” détail sartorial

Si les mi-bas sont parfois associés à une image un peu vieillotte, ils sont en tout cas prisés par les amateurs suprêmes de la sape. Les Italiens, chantres de la sprezzatura, ne jurent d’ailleurs que par les mi-bas. 

Les chaussettes, et particulièrement les mi-bas, se sont imposés comme une touche de coquetterie pour les hommes élégants, leur permettant de trancher avec l’univers plus strict du costume. Les hommes politiques en raffolent, avec par exemple Edouard Balladur ou François Fillon, connus pour leur amour des mi-bas rouges, ou encore Michel Sapin.

michel sapin mi-bas

Porter de belles chaussettes rend heureux. La preuve avec Michel Sapin. Crédit photo : Cyrille George Jerusalmi pour Le Figaro

Vous l’avez compris, entre les rois, les papes, les Académiciens français et les politiques : les grands de ce monde portent des mi-bas.

Mais alors outre le look, qu’est-ce qu’on trouve de si formidable aux mi-bas ?

Le mi-bas pour hommes : des chaussettes pratiques

Finies les matières synthétiques, on privilégie désormais les mi-bas en matières naturelles : le fil d’Ecosse bien sûr (du coton qui a suivi une mercerisation), mais aussi la soie, le lin ou la laine mérinos. Toutes ces matières sont appréciées pour leur bonne capacité d’absorption de la transpiration et leurs qualités thermorégulatrices.

Mais l’argument numéro uno du mi-bas, c’est bien évidemment la hauteur de ces chaussettes. Montantes jusqu’à l’articulation du genou, ces chaussettes vous évitent ainsi de dévoiler un coin de peau et votre pilosité quand vous vous asseyez, et gardent vos jambes bien au chaud.

chaussettes qui tombent

Too bad, sloppy.

En couvrant toute la demi-jambe, les mi-bas offrent un effet galbant du mollet. Fixés grâce à l’effet élastiqué du bord-côte, ils ne peuvent pas tomber, ce qui offre une sensation agréable de tenue tout au long de la journée. Le mi-bas sont aussi particulièrement appréciés en hiver, avec leur effet enveloppant et la chaleur qu’ils procurent. 

Toutes ces qualités font donc des mi-bas des chaussettes à la fois élégantes et pratiques. 

Maintenant que vous êtes bien briefés sur le mi-bas, il est l’heure de vous présenter nos nouveaux modèles de chaussettes.

Voici les premiers mi-bas Pétrone

Pour cette sortie, nous avons gardé en tête le même credo qui nous anime depuis le début : vous proposer d’excellents mi-bas, confortables et résistants, dans des standards du luxe, mais à prix accessible : à partir de 14 € la paire, ou 10 € la paire pour un lot de 10 paires achetées. De quoi vous permettre de porter de belles chaussettes, tous les jours.

Chaussettes mi-bas homme bleues

Un fil d’Ecosse de luxe

Pour nos chaussettes, nous nous approvisionnons chez Filmar. Ce filateur italien fournit déjà de nombreuses maisons de luxe européennes pour leurs chaussettes.

Ils utilisent du coton égyptien, réputé pour la longueur de ses fibres – car plus les fibres sont longues, meilleure est la qualité du tricot. Le fil est ensuite filé en Italie, où il est mercerisé. Ce traitement du coton permet au fil de devenir bien net, améliore sa résistance et sa capacité d’absorption de la couleur. On vous invite à lire notre article sur le fil d’Ecosse pour en savoir plus sur le sujet.

Côté maillage, nous avons opté pour des mi-bas côtelés : un motif classique de la garde-robe masculine.

chaussettes mi-bas hommes

La clé pour des chaussettes confortables et résistantes

Si l’élégance se niche dans les détails, il en va de même pour la qualité. Comme pour toutes nos chaussettes, nous choisissons deux finitions qui font vraiment la différence.

Ces mi-bas sont remaillés à la main : une technique qui permet de supprimer le “boudin” de fil au niveau du dessus des orteils. Vous savez, cette fameuse couture qui vous martyrise le petit orteil après une journée passée dans vos chaussures en cuir. Avec le remaillage à la main, la couture est plate et imperceptible.

mi-bas homme noir

Deuxième point : nos chaussettes sont renforcées au talon et à la pointe. 

Ces deux endroits sont soumis aux frottements de votre pied contre la chaussures. Avec le temps, la fibre va s’affiner et finalement se trouer. Un renfort en polyamide à ces endroits critiques nous permet d’obtenir des chaussettes durables, solides, parés pour vous suivre longtemps.

Nos mi-bas seront disponibles à partir de jeudi 8 octobre en lie de vin, vert kaki, bleu marine et noir, en 39/42 et 43/46, avec un prix spécial pendant les préventes :

12 € la paire au lieu de 14 € en prix classique / 10 € la paire par lot de 4 paires / 9 € la paire par lot de 6 / 8,50 € par lot de 8 et 8 € la paire quand vous achetez 10 paires de votre choix. 

L’histoire derrière ce prix

Le mi-bas, c’est bien, mais ça coûte souvent une fortune. Si vous faites un petit tour des mi-bas du marché, vous verrez vite qu’une paire de mi-bas coûte plutôt 20 à 25 €, jusqu’à plus de 70 €.

Cela vous dire qu’on peut vous proposer des chaussettes de très belle qualité, nées d’un savoir-faire européen, à un prix à peu près moitié moins cher que les premiers mi-bas haut de gamme.

Comment expliquer cette différence de prix ?

1/ Un choix de positionnement

Comme le Cognac, le mi-bas est résolument positionné comme un produit de luxe. Imposer un prix élevé, c’est réserver son produit à des consommateurs aisés et/ou très férus de chaussettes. Ça le rend rare, précieux et donc désirable.

De notre point de vue, le mi-bas est certes un produit chic, qu’on porte plutôt avec des tenues habillées, mais l’élégance a aussi droit à la quotidienneté. Il n’y a pas de raison de réserver le mi-bas aux jours d’excellence vestimentaire.

2/ Un système de distribution traditionnel

Les grands noms européens du mi-bas passent souvent par un mode de distribution traditionnel, en vendant leurs articles à des grands magasins ou revendeurs multi-marques en ligne. En rajoutant un intermédiaire dans leur circuit de vente, on peut compter un coefficient multiplicateur de 2,5 sur le prix final. Alors forcément, pour que tout ce monde puisse vivre correctement, on arrive vite à des prix élevés.

C’est un système dont on se démarque, avec notre circuit de vente sans intermédiaire. En faisant directement l’interface entre notre atelier et vous, on vous propose un prix juste qui vous permet de profiter d’un très bon produit à prix accessible.

Les mi-bas ne viendront pas seuls

Pour ces préventes, nous vous proposerons aussi d’autres nouvelles chaussettes :

1/ Les chaussettes nid d’abeille, un maillage discret qui apporte une pointe d’originalité.

chaussettes fil d'Ecosse

2/ Des chaussettes côtelées montant jusqu’à mi-mollet. Nos premières chaussettes côtelées arrivaient plutôt en bas du mollet : ces nouvelles chaussettes sont un bon compromis pour ceux qui préfèrent les chaussettes assez hautes, mais descendant un peu plus bas que les mi-bas.

chaussettes côtelées bleues

Ces 2 modèles seront aussi disponibles en lie de vin, vert kaki, bleu marine et noir, et gris pour les chaussettes côtelées.

On vous donne rendez-vous jeudi 8 octobre pour le lancement de ces préventes.

Une question, une suggestion ? N’hésitez pas à nous laisser un commentaire juste en dessous ! 

Recevez de nos nouvelles

Laisser un commentaire