L’étonnante histoire du pyjama

Dans l’univers du vêtement, le pyjama divise les opinions.

Totalement ignoré par certains qui le trouvent ringard ou lui préfèrent la liberté de la tenue d’Adam, le pyjama reste pourtant un rituel pour beaucoup d’entre nous. Nous vous avons interrogés à ce sujet, et plus de la moitié d’entre vous nous a confié avoir une tenue dédiée au moment du dodo. 

Le pyjama n’est donc définitivement pas relégué au fond de nos placards. Derrière son image parfois vieillotte, ce vêtement a connu bien des péripéties, devenant au gré des années objet de mode voire de controverses. Retour sur la longue histoire de nos tenues de nuit.

pyjama fenêtre sur cour

Le pyjama est même une star de cinéma, ici célébré de long en large dans “Fenêtre sur cour” de Alfred Hitchcock.

L’histoire du pyjama : de l’Inde à l’Occident

Depuis le Moyen-Âge, les hommes portaient des chemises de nuit : de longues tuniques en chanvre ou en lin à manches longues, qui arrivaient jusqu’aux genoux. 

C’est dans l’Inde du 18è siècle, alors sous domination anglaise, que se développe le pyjama pour hommes tel qu’on le connaît : c’est un pantalon en tissu souple, avec une coupe large. Et c’est bien au niveau des jambes que se distingue ce pyjama : le mot “pyjama” (et non écrit “pijama”) est d’ailleurs dérivé du mot hindi “pajama”, lui-même venant du persan “payjama”, ce qui signifie “habillant les jambes” ou “vêtement de jambes”.

Mais le pyjama d’alors ne ressemble pas encore à notre pyjama moderne, car il se porte avec une tunique, le kurta.

À la fin du 19è siècle, les colons anglais ramènent à la maison le pyjama, qui gagne sa place chez les classes aisées européennes qui l’adoptent au détriment de la fameuse chemise de nuit. On apprécie alors son côté pratique, puisque le pantalon de pyjama offre une plus grande liberté de mouvement, tout en tenant chaud en hiver.

Et la Côte d’Azur devint “Pyjamapolis”

Jusqu’au début du 20è siècle, le pyjama est réservé aux hommes, laissant aux femmes leurs traditionnelles chemises de nuit.

Mais le pyjama connaît ensuite une trajectoire étonnante, puisqu’il devient une tenue d’extérieur, pour parader à la plage. Comme le marcel côté maillot de corps, le pyjama devient un outil d’émancipation pour les femmes, qui affirment ainsi leur style et leurs formes.

Coco Chanel se fait photographier par Vogue, parée de son pyjama, et devient une des artisans de l’explosion de cette mode. La folie du pyjama s’empare alors de la Côte d’Azur à partir des années 1920, avec des vacancières qui exhibent leurs plus beaux pyjamas de plage. Robert de Beauplan rebaptiste même cette vague “Pyjamapolis” : la station balnéaire de Juan-les-Pins à Antibes en devient l’épicentre.

Sacrés souvenirs de vacances. Source : Musée de la carte postale.

Par la suite, “It Happened One Night” (New York-Miami en VF), une comédie romantique de 1934 avec Claudette Colbert et Clark Gable, contribue à installer la mode du pyjama en tant que vêtement d’intérieur pour les femmes.

New york miami pyjama

On arrive à la version classique du pyjama, composé de deux pièces distinctes : une veste à manches longues à col requin et un pantalon, assortis dans le même tissu et le même motif, souvent en flanelle de coton. Avec sa coupe plutôt unisexe, le pyjama rejoint un vestiaire androgyne qui met hommes et femmes sur le même plan. À sa manière, il démocratise encore davantage l’usage du pantalon par les femmes.

Un pyjama de luxe

Mais sortons un peu de l’intimité des foyers pour revenir à la sphère publique. 

S’il est vite remplacé sur les plages par le maillot de bain féminin, le pyjama n’a pas encore dit son dernier mot. Au fil du siècle, il se mue en tenue de soirée, synonyme de faste et d’élégance, à l’image du Palazzo Pyjama dessinée par Irène Galitzine – une tenue en soie portée par les femmes, qui se joue de cette ambiguïté entre intimité et société.

palazzo pyjama

Une vision luxueuse et chic du pyjama, à laquelle Ryan Gosling a pu rendre hommage lors d’un passage au festival de Cannes.

Avec une jolie petite chemise en soie signée Salvatore Ferragamo. 

Mais au fil des années, avec l’explosion de l’industrie textile et l’évolution des mœurs, le pyjama tombe un peu dans l’oubli. À l’instar des sous-vêtements, les hommes ne font désormais pas toujours beaucoup d’efforts de ce côté, se contentant de vieux pyjamas fanés. 

Sous l’influence d’une mode plus sportswear et moins sapée, beaucoup se contentent désormais de dormir en T-shirt ou en léger pull à manches longues en haut, et en sous-vêtement ou fin pantalon de jogging en bas.

Pyjama moqué, pyjama oublié, mais pyjama adoré

C’était sans compter sur des événements comme le Covid. Longtemps négligé, le pyjama – et plus largement, les tenues d’intérieur – s’est à nouveau imposé pour beaucoup, en quête de confort dans ce monde en ce moment bien compliqué.

Chez Pétrone vous le savez, nous souhaitons travailler sur le répertoire des dessous et des vêtements de l’intime pour hommes. Alors quoi de plus normal que de se pencher sur le sujet du pyjama ! Nous allons commencer par une version moderne du pyjama, associant un T-shirt (manches longues ou courtes) à un bas long de pyjama. Une tenue de nuit douce et confortable, toujours dans notre mélange de coton pima et micromodal. 

Le coton est souvent la matière la plus utilisée dans les pyjamas, mais une matière artificielle comme le micromodal s’avère un choix intéressant pour ses qualités respirantes, anti-bactériennes et anti-odeurs – pratique quand on a tendance à beaucoup transpirer la nuit. 

Notre pyjama pour hommes arrivera bientôt en préventes – pour être tenu au courant, n’oubliez pas de vous inscrire à notre newsletter, juste en dessous de cet article !

Laisser un commentaire

Recevez de nos nouvelles